Depuis 2010 nous virtualisons progressivement notre parc avec la distribution Proxmox basée sur Debian.

La virtualisation consiste à créer une ou plusieurs machines virtuelles sur une machine physique. Ces machines virtuelles se comportent de manière totalement indépendantes par rapport aux autres sur la même machine physique. Elles ont une IP, un quota d’espace disque et de RAM et un quota éventuel de processeur.

Quasiment que des avantages:

  • L’installation d’une nouvelle machine se fait grâce à une image disque que j’améliore régulièrement, ainsi tout est déjà pré-installé ce qui économise beaucoup de temps
  • La sauvegarde enregistre l’intégralité de la machine, logiciels y compris, ainsi lors de la restauration c’est un gros fichier compressé qui restaure la machine entière très rapidement et démarre dans le même état qu’au moment de la sauvegarde en quelques secondes
  • Si un serveur physique commence à avoir trop de machine virtuelles celles-ci peuvent être déplacée très rapidement sur un autre serveur, quasiment sans coupure
  • Le déplacement étant aisé on économise des serveurs car dans un modèle traditionnel on a toujours tendance à sur-dimensionner les besoin au cas où les applications demanderaient plus de ressources dans le futur, le déplacement de celles-ci étant une tâche fastidieuse.

Inconvénient:

  • Si une machine virtuelle est en surcharge elle risque de plomber l’ensemble du serveur physique, ce qui demande donc une surveillance attentive.
Lannoy
Jean-philippe
Développeur